Dossier : Belle Rive, Saintes, rive droite, qu’est-ce donc ?

Pas surprenant qu’une bande de gens à Belle Rive s’occupe d’abeilles et de miel : ce lieu a tout d’une ruche, ça rentre, ça sort, ça bourdonne, ça usine, ça produit… Il faut s’en approcher, entrer, visiter, être curieux, tendre l’oreille.

Ici, c’est une vaste salle très claire où des enfants du collège Agrippa d’Aubigné viennent après la classe réviser ou discuter sous l’œil bienveillant de quelques adultes : petit monde studieux et attentif, remuant à ses heures.
Plus loin, un bureau face à l’entrée est le lieu où chaque personne qui entre est accueillie, écoutée, orientée.
En haut de l’escalier, surplombant les allées et venues, entre téléphone qui sonne et ordinateur qui bourdonne, voici le cœur du bâtiment, où tout le monde passe, salue, échange.
Là une salle de réunion, où ça discute ferme : projets, objectifs, moyens, budgets.
De l’autre côté du couloir, autour d’un café, on repeint le monde de couleurs vives. Et des rires fusent.
Au fond, dans des bureaux où règne l’ordre approximatif des lieux en effervescence, on sent à la fois qu’on est sur le point d’agir, que l’on cause et que l’on écrit, que ça gamberge et tempête parfois sous les crânes.

Et si ce n’était que dans ces beaux locaux… Mais il y a l’annexe, Saint Sorlin, où se passent encore mille choses, au pied de la cité du même nom. Enfants, adultes, animations et jeux, ateliers de cuisine, repas… et ailleurs dans les rues de la rive droite de la Charente à Saintes, entre Abbaye aux Dames et Épicerie solidaire, Accueil de jour et au long des rues, c’est encore Belle Rive qui arpente, rencontre, remue, élabore.
Où sommes-nous, que se passe-t-il ? Un vaste quartier, une dizaine de milliers d’habitants, et un outil au service de la population.

Attention :
chantier ouvert au public, à tous les publics et travaux en cours, sans date de fermeture.

Car à Belle Rive, non content de parler de groupes projets, d’ouverture culturelle, des axes d’innovation, d’implantation, de mobilisation, bref d’un ambitieux projet social aux multiples volets, ON invente en commun et en toute simplicité (apparente) rien moins qu’une société, ON donne vie à l’utopie.
Tout est dans ce ON : il faut comprendre qu’ici se côtoient des gens aux différentes étiquettes : les adhérents, ceux d’entre eux qui sont des bénévoles et les salariés. Pas toujours aisé à première vue de les distinguer, qu’importe au fond. Parce que dans cette ruche qui s’agite sans hâte, toutes et tous savent ce qu’ils font là. Disons que les adhérents et les bénévoles sont en fait des personnes qui, vivant en majeure partie sur la rive droite, ont trouvé à Belle Rive le cadre qui leur convient pour développer leurs projets, et que les salariés les accompagnent, leur facilitent la tâche.

“Les adhérents et les bénévoles […] ont trouvé à Belle Rive le cadre qui leur convient pour développer leurs projets”.

Précisons par des exemples :

  • Parce qu’il lui importe de se nourrir sainement sans pour autant y consacrer des fortunes, un groupe a choisi d’élaborer, préparer et déguster ensemble une cuisine qui correspond à sa recherche.
  • D’autres, désireux de s’enrichir en découvrant des cultures et des modes de vies différents se sont mis collectivement en quête des moyens d’organiser un voyage au Vietnam.
  • Il y a quelques années, des jeunes ont pu réaliser leur rêve d’un lieu où pratiquer le skate et le BMX, non sans difficultés. Après bien des péripéties, constitués en association indépendante, ils volent aujourd’hui de leurs propres ailes et gèrent avec la ville ce skate park municipal.
  • Ailleurs, un vaste terrain aménagé permet à celles et ceux qui le veulent de cultiver leur jardin. Au centre, une parcelle collective et plus loin une mare pédagogique, comme autant de lieux d’apprentissage pour petits et grands, sous l’aile protectrice d’un animateur estampillé Belle Rive.

Exemples parmi tant d’autres… qui vont du travail relationnel entre parents et enfants, de l’organisation de sorties et séjours de vacances, d’un groupe de musique brésilienne, de soirées de projections de documentaires suivies de débats, sans oublier le fameux rucher. La liste serait trop longue pour ne pas déborder de ces lignes…

Bref, et c’est là l’essentiel, l’association Belle Rive (agréée Centre social) est un lieu où il est possible de venir pour concrétiser ses rêves, pas moins ! Pour y parvenir, il a fallu que s’élaborent progressivement un cadre, des modalités, des règles de fonctionnement.

Ce qui autorise à dire qu’aujourd’hui, sans être figé dans un modèle, Belle Rive met en œuvre son projet social, que l’on résume volontiers en ces termes : favoriser l‘engagement des habitants, leur aptitude à décider et agir sur leur vie, celle de leurs proches, leur environnement. Tout ceci est rendu possible grâce au collectif, à l’implication de toutes et tous, bénévoles et salariés, dans la marche démocratique de « la maison ».

“Bref, et c’est là l’essentiel, l’association Belle Rive (agréée Centre social) est un lieu où il est possible de venir pour concrétiser ses rêves, pas moins !”

Denys, administrateur.

Belle Rive en chiffres :

  • Plus de 35 actions ou projets développés chaque mois en direction de la petite enfance, de l’enfance, de la jeunesse, des adultes et des familles.
  • 520 adhérents et 150 bénévoles représentant 8 équivalents temps plein.
  • 13 salariés qualifiés.
  • Un réseau de plus de 80 partenaires sur le champ de l’éducation, de la prévention, de la culture, de l’économique, de l’insertion sociale…
  • Un budget de 600 K€ composé à 95% de financements publics (principalement CAF, Ville de Saintes, Communauté d’Agglomération de Saintes, Conseil Départemental).

Comment ça se passe ?

Belle Rive est une association d’habitantes et habitants de Saintes. Impliqués toutes et tous dans différents projets, en relation étroite avec les salariés et différents partenaires, ils élaborent collectivement le projet social. Celui-ci définit les orientations et en détaille les modalités de mise en œuvre : réunions, suggestions, échanges et discussions, écriture, relecture, vote…

Les différentes instances composées des administratrices et administrateurs élus sont :

  • Un comité de projet pour accueillir et suivre les différents projets, les accompagner, les valider, les guider si besoin ;
  • Un comité de gestion pour suivre l’économie de l’association et de ses différents projets, les relations avec ses nombreux partenaires ;
  • Un conseil de centre, réunissant ces deux comités, pour veiller à la conformité avec le projet social, et valider les options entre deux assemblées générales.

Et, non moins importante, l’Assemblée générale qui rassemble toutes les personnes qui ont adhéré à l’association, en présence de représentants des partenaires extérieurs. C’est l’AG annuelle, grand rendez-vous à la fois décisionnel et convivial.

Aller au contenu principal